Apple, en panne d’innovation ?

Apple, la pomme qui nous a tous un jour fait saliver, donne l’impression d’arriver à son trognon. Certains iraient même jusqu’à dire qu’elle irait croquer chez les autres… Avec la dernière mise à jour du système mobile de la firme de Copertino, iOS 7, Apple divise les analystes et les consommateurs. Alors que faut-il penser ? Toile de Fond tente modestement d’expliquer la situation.

Apple et Steve Jobs : la genèse de l’ère moderne

Rappelez vous :

Apple avait osé, fait rire un peu dans la salle mais avait finalement lancé une révolution sur le marché mobile avec un monstre économique sans nom : le smartphone.

Son système, sa navigation full tactile : le produit à la pomme faisait rêver tout le monde et des files d’attentes se créaient pour voir l’Apple Store de la 5th Avenue à Manathan. « Waah t’as l’iPhone ! – Ouais, un seul bouton, et je peux écouter de la musique avec ! -Et ca tient la batterie ? – … « 

Une « Révolution ». On a l’impression que le mot innovation est tombé dans le domaine du grand public grâce à Steve et ses produits. Ses choix, sa vision du monde a été accepté et il a ainsi conditionné la vie de chacun, alors que personne n’y croyait (au début).

La Conséquence :

La communication de Copertino, des produits qui paraissent non compatible avec le marché (le marché des télécom et la 3G – achat de musique en ligne – Un magasin pour vendre 5 produits seulement, l’Apple Store – Une tablette), et la réflexion sur l’usage par l’utilisateur de son téléphone ont fait que tout le monde a plus ou moins pris Apple et son messie Steve Jobs comme une religion. Réussir ces paris industriels était réellement risqué : seul Apple pouvait le faire et son succès est aujourd’hui considéré comme miraculeux par ses concurrents.

Oui, nous sommes sur un blog de nouvelles technologies, et vous allez trouver des Pro Apple et des gens qui le vomissent, mais n’empêche que c’est grâce au tyran Jobs que je suis en train d’écrire sur ce blog et que vous, novice en matière de nouvelles technologies ou geek incompris de ce grand monde, vous pouvez comprendre ce que je vous dit.

Avant le téléphone servait à téléphoner, et un iPhone faisait tout pleins d’autres choses.

Merci Apple d’avoir lancé ce mouvement en tout cas. Petite confession, je n’ai jamais été Apple Addict mais c’est grâce à des pro Mac (ORLM) que je me suis intéressé au débat.

Revenons à nos moutons ; la conséquence. L’engouement autour d’Apple s’est progressivement développé, chaque annonce était suivie par des millions d’internautes, décryptée dans les moindres détails, commenté comme un match de foot avec spéculations et autres performances techniques. « Que nous réservent-ils encore ? L’iBrouette ? J’en veux une ! ».

Tout le monde attendait ces « keynotes » avec impatience, ces shows où une révolution et un petit « One More Thing » pouvaient changer la face du monde.

Mais aujourd’hui, l’entreprise la plus rentable au monde attire moins les foules, serait en panne de son grain de magie depuis le départ du génial Steve et depuis que certains concurrents « féroces et immoraux », qui voleraient leurs idées, mangent sa part du gâteau.

La panne : La faute à qui ?

Mettons les choses au clair : Apple déçoit certains experts mais la firme de Copertino reste une référence. La panne, c’est une panne d’innovation : finies les révolutions, les surprises et les « Ça change vraiment ma vie mais je n’aurai jamais pensé être aussi « geek » finalement *rire* ». La magie commence  à se perdre, et on peut essayer de trouver plusieurs raisons.

  •  Premièrement, une corrélation n’aura échappé à personne : la disparition de Steve Jobs correspond à ce coup de mou de la pomme. La disparition du messie (sans résurrection cette fois) a fait l’effet d’une bombe dans le cœur de tous (ou pas) et elle a marqué les esprits. Le dictateur n’étant plus à la tête de son empire, sa succession et la direction de Copertino a eu du mal : comment faire après un aussi grand homme (qu’on a viré 10 ans plus tôt) ? On fait différemment.
  • Un des changements qu’on peut également noter, c’est qu’Apple est entré en bourse et ça change beaucoup de choses. Les financiers d’Apple sont connus pour être diaboliquement efficace, et le fait qu’Apple n’était pas capitalisé a fait qu’ils ne subissaient aucune pression. Aujourd’hui, Apple reverse pour la première fois des dividendes à ses actionnaires et devient une entreprise « plus classique ».  Elle s’adapte au marché et sort les produits qui sont rentables, et prend donc moins de risques.
  • La concurrence fait aussi rage. La guéguerre des brevets entre Samsung et Apple, les téléphones HTC, Nokia ou Huawei qui font un carton avec leur excellent rapport qualité / prix … toutes ces raisons font que l’iPhone, jugé trop cher, peine de plus en plus à convaincre. L’iPod est mort, l’iPad reste certes le grand leader chez les tablettes, mais là encore Windows 8 et ses produits « hybrides » comme la Surface, la Galaxy Tab 2 ou la Nexus 7 de chez Asus font la différence au niveau du prix, et séduisent de plus en plus de consommateurs. Jobs, dans son livre, parlait d’une télévision simple et de qualité « Made in Apple » : les Smart TV chez LG / Sony / Samsung sont arrivées avant une sortie possible d’écrans avec une pomme croquée dessus. Pareil pour l’iWatch, avec la Galaxy Gear de Samsung.
  • Enfin, l’innovation a une limite. Comment révolutionner plusieurs fois un produit qui est déjà bien installé ? Seul Microsoft a réussi (et heureusement pour eux) avec une nouvelle idée, celle des tuiles. La prochaine vraie innovation sera selon moi celle de l’autonomie, mais aucune indication sur le sujet.

Il est vrai qu’on attendait tous les révélations des Keynotes pour sentir l’évolution du marché. Maintenant nous savons à l’avance à quoi nous attendre, et quand il y a une surprise, elle n’intéresse pas grand monde ou elle a déjà été faite par des concurrents (iPad Mini calqué sur la sortie du Kindle Fire et de la Nexus 7, l’iPhone 5C perçu comme une réponse à la fuite d’une clientèle dégoûtée par les prix pratiqués par Apple, et à des pertes de parts de marché). Apple est prévisible et observé, les informations fuitent et on les attend au tournant.

Tous ces facteurs font qu’Apple évolue et change. Ils ont perdu le monopole qu’ils avaient créé, et aujourd’hui ils gèrent leur position de pionnier sur le marché.

Une nouveau Business model pour Apple : celui d’iOS7.

A l’origine, mon article devait se construire autour de cette mise à jour des appareils mobiles d’Apple, iOS7. Puis en commençant l’écriture et mes recherches, je me suis rendu compte d’une chose : on ne pouvait pas comprendre iOS7 sans une explication de l’évolution d’Apple.

En quoi consiste cette mise à jour (MAJ pour les plus nerds d’entre vous)?

En général, vous avez 2 grands types de mise à jour : celle qui change de façon majeure votre système d’exploitation (quand Windows est passé de Vista à Windows 7 par exemple), avec une nouvelle expérience, une ergonomie améliorée ; et celle qui corrige des bugs, rajoute quelques fonctionnalités et permet de stabiliser la machine.

iOS7 fait partie des premières en apparence mais avec une particularité :

ex

Vous pouvez remarquer ici qu’à chaque mise à jour de la version du logiciel d’Apple, pas grand-chose ne bouge. Si vous enlevez les couleurs acidulées, vous verrez la même chose.

Les nouveautés brièvement :

  • De nouvelles couleurs, un nouveau design, inspiré du Flat design (tout le monde fait ça maintenant)
  • Un fond en relief (c’est plus un gadget qu’autre chose)
  • Un centre pour gérer la musique, les notifications, les paramètres du téléphone très rapidement (déjà présent sur Android et plébiscité par leurs utilisateurs)
  • Un appareil photo amélioré
  • Des animations stylées et une navigation entre les programmes améliorée
  • Une reconnaissance digitale de votre téléphone via le bouton Home, une chose qui fait plaisir : un singe peut déverrouiller un iPhone. Gadget ou technologie permissive : le débat est lancé!
Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

En fait pas grand-chose. Et comme d’habitude, la mise à jour sur un iPhone de plus de 2 ans est une erreur : un iPhone 4 ne peut fonctionner correctement sur ce système, une condition sine qua none chez Apple (« il faut tout racheter! »).

Apple n’innove pas vraiment ici, elle s’inspire d’idées de concurrents qui ont bien marché et les propose avec certaines contraintes à ses utilisateurs. Le mot d’ordre est : pourquoi se passer d’innovations utiles ?

 

La difficulté à laquelle fait face Apple est que son OS est très fermé. Elle ne peut plus se permettre de tout changer, de faire des essais : l’exigence Apple l’empêche (un produit toujours parfait à sa sortie) et sa gamme de produit plus que réduite, voire unique (2 tailles d’écrans, 1 design similaire) ne permet pas comme pour Android et ses multiples constructeurs de tenter des nouveaux formats. Les nombreux  consommateurs sont trop habitués aux usages de leurs applications, et n’ont pas forcément envie de voir tout cela changer.

Apple, toujours avec son exigence naturelle, a construit un système performant mais qui se retrouve un peu embêté face à des innovations de son temps. Un iPhone est impersonnel, une grille d’application sans âme avec Candy Crush et Snapchat sur la première page. Ô toi qui veux te racheter un iPhone prend en considération ce que je vais te dire :

l’iPhone est le meilleur téléphone actuel, d’un point de vue design et conception purement technique, c’est indéniable. Mais son système d’exploitation n’est clairement plus celui qui a donné tout son sens au mot Smart dans Smartphone, contrairement à la prétention de base d’Apple.

Le système Apple et la politique qu’il s’impose fait que désormais, le business model est fixé, les téléphones sont d’une grande qualité technique, esthétique et pratique; le milieu applicatif est plus que complet et continue de s’agrandir et si vous donnez un budget illimité à quelqu’un pour un téléphone, il prendra très certainement un iPhone.

Mais voilà, maintenant Apple n’est pas vraiment en panne d’innovation, mais continue en ce qui concerne ses produits mobiles à améliorer peu à peu un produit bien fini.

Ce qu’il faut peut-être retenir, c’est que le monopole de la Pomme est finie, et que pour chercher maintenant un téléphone qui changera votre vie, il faudra peut-être regarder ailleurs.

Si vous cherchez un téléphone cher, certes fragile mais d’une grand qualité, prenez un iPhone 5S.  Pour les autres, il y a selon Apple le 5C (qui est horriblement cher) ou d’autres solutions aux alentours des 300 euros (sans forfait) qui vous feront plaisir, et vous permettront de goûter pleinement aux fonctionnalités des smartphones.

En fin de compte, c’est peut-être là que se situe le changement : Apple se fait doucement croquer par ses concurrents. Et ça, c’est une révolution.

César Lagarde

Technophile, passionné de disruption et de business, j'adore également cuisiner. En dernière année à Toulouse Business School, travaillant à Paris, je n'oublie pas mes origines #Geek. Pour + d'infos, suivez-moi sur Twitter @Cezouu

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *