Portraits d’anciens: Romane Jubin

  Aujourd’hui nous vous présentons Romane Jubin qui va vous narrer ses expériences et son histoire.

 

Que fais-tu aujourd’hui ?

  Je rentre tout juste de 5 mois à Amsterdam où j’ai effectué mon dernier semestre d’études. Mais attention , j’ai bien l’intention d’y retourner ! Là j’attends le début de mon stage de fin d’étude à Paris. Je vais être en ventes internationales chez Mediatoon Distribution. (Pour comprendre ce qu’est le métier de distribution en France, le youtubeur In the Panda a fait une très bonne vidéo pour l’expliquer : VENDRE UN FILM EN FRANCE ? (Manuel Chiche / Jokers). Car non, je n’abandonne pas ma passion pour l’audiovisuel, le numérique et l’art !

  Petit lien vers son book photo, n’hésitez pas à y faire un tour.

 

Quel a été ton parcours ?

  Après deux années de prépa au lycée français de Vienne (Autriche), je suis arrivée à TBS avec la ferme intention de trouver un métier dans lequel je pourrais combiner le numérique et l’art. Après être rentrée à Hotsoft (et au BDA) et avoir été successivement au pôle graphisme, photo et toile de fond, je pensais avoir trouvé le domaine qui me convenait : le cinéma.
Mais je voulais confirmation et surtout, je cherchais une expérience concrète dans le digital. Je suis donc retournée à Vienne pour un stage dans une des filiales du groupe Solocal, Yelster Digital. J’ai ainsi pu découvrir le travail et les métiers derrières des sites web utilisés par des milliers d’utilisateurs (pages jaunes, mappy, reporama, etc.). Pourtant je n’étais pas satisfaite, il me manquait quelque chose. Le digital m’attirait mais je ne m’y retrouvais pas. Peut-être que l’entrepreneuriat m’aiderait. C’est donc en Entrepreneuriat et Stratégie que je suis revenue en M1.
En année de césure, j’ai eu la chance de partir 6 mois à Montréal en studio de production en tant que coordinatrice de production. Une superbe opportunité pour apprendre à travailler sur des projets audiovisuels et découvrir le monde du cinéma. À mon retour en France, j’ai fait un passage de 6 mois à Paris chez Admical en financement des activités culturelles. J’ai ensuite enchaîné, logiquement, sur un master 2 en Management des Activités Culturelles et Créatives. Aujourd’hui je m’oriente vers la distribution cinéma car je pense que ma fibre commerciale, artistique et numérique pourra s’épanouir pleinement.

 

Quelles ont été tes contributions à TDF ?

  Comme dit plus haut, j’aime les liens entre le monde du numérique, de l’artistique et de la créativité. Ma ligne éditoriale était donc toute trouvée : des sujets à forte connotation créative et numérique. Mon premier article était on ne peut plus dans le thème : les robots peuvent-ils être artistes ?

 

Qu’est-ce que cela t’as apporté ?

  J’ai tout simplement redécouvert le plaisir d’écrire ! Désormais j’écris beaucoup plus qu’avant (articles, poèmes et nouvelles) et je n’ai plus peur de partager mes textes. J’ai pu, aussi, continuer à enrichir mes connaissances sur le monde du numérique. Car, mine de rien, ce sont des heures de recherches et de veille qui sont nécessaires pour ne trouver que le sujet du prochain article !

 

Un petit conseil pour les futures générations TDFiennes ?

  Ecrivez sur des sujets que vous aimez, sortez aussi des sentiers battus! Vous aimez la cuisine ou encore le tennis ? Le domaine du numérique est tellement vaste qu’il y en a pour tous les goûts.

 

Mot de la fin : ton expression ou citation favorite ?

Il faut cultiver son jardin !

Thomas Smail

J'adore les lolcats. Venez voir mon blog perso, y'a pas de chatons mais il est bien: https://biblio-test.fr

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *