Un robot dans votre maison : au cœur de la domotique

asimo
  Les robots se multiplient de jour en jour laissant apparaître de nombreux bouleversements dans notre quotidien. Néanmoins la robotique n’est pas un monde homogène et les inventions en ce domaine sont toutes aussi diverses que variées. C’est pourquoi, on vous propose de faire le point sur toute la robotique domotique.

 

La domotique, c’est quoi ça ?

  Que se cache-t-il derrière ce vilain mot de domotique ? C’est finalement très simple ! La domotique est l’ensemble des techniques électroniques et de communication utilisées dans un bâtiment ou, pour vous, dans votre maison. Autant dire que c’est un domaine en pleine extension avec toutes les nouvelles technologies dont nous disposons aujourd’hui. Néanmoins, la définition que nous venons de donner manque cruellement de précision. C’est pourquoi, nous allons parler de manière un peu plus exhaustive des domaines de la domotique.

  La sécurité est un élément central de la domotique ! Ainsi, les alarmes de sécurité, les détecteurs de mouvement et autres digicodes rentrent dans cette catégorie. Les installations acoustiques, la gestion du chauffage ou encore de la climatisation rentrent aussi dans le domaine de la domotique. Mais ce n’est pas véritablement ce qui nous intéresse et ce dont nous allons parler. En effet, quand on parle de domotique, on pense surtout aux maisons connectées (ou smart house) et à tous ces robots de maison au look futuriste. Preuve de l’engouement pour ce nouveau marché, la plus grande partie du secteur innovation du Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas y était consacrée cette année.

 

Robots et objets connectés

  Le cœur de ces smart house réside dans l’inter-connectivité des objets de la maison. Lave-linge, réfrigérateur ou encore chauffage sont reliés entre eux et à Internet pour pouvoir interagir en temps réel. Vous voulez un exemple ? Imaginons que votre frigo soit connecté. Les courses ne sont désormais plus une corvée ! Aussitôt vide aussitôt rempli ! Le réfrigérateur fait vos courses à votre place en analysant ce qu’il reste à l’intérieur et votre consommation antérieure. Et ce n’est pas tout ! Que diriez-vous si celui-ci veille aux dates de péremption et vous alerte pour que vous consommiez vos produits avant qu’ils ne soient plus bon ? Et c’est pas fini ! En plus d’être pratique, il peut s’avérer ludique en vous proposant des recettes en fonction des ingrédients disponible. Le réfrigérateur connecté est un exemple parmi tant d’autres sur ce qui peut se faire en domotique mais il a l’avantage d’illustrer les possibilités et commence à véritablement s’installer.

  Plus récemment on pourrait parler des Dash Button lancés par Amazon. On pourrait résumer ce nouvel objet en une phrase très simple : Touchez, c’est livré ! En effet le Dash Button est en fait un bouton que vous pouvez coller un peu partout dans votre maison et qui est programmé pour commander un produit en particulier (via Amazon bien sûr). Vous n’avez pas très bien compris, tant mieux j’ai encore un exemple sous la main ! Imaginons cette fois-ci que vous avez un Dash Button programmé pour de la lessive. Première étape, vous le collez sur votre machine à laver. Ensuite vous faites votre lessive jusqu’au jour où vous remarquez qu’il ne vous reste plus beaucoup de lessive. Dès lors vous appuyez sur votre Dash Button et c’est bon, votre lessive est commandée, payée et sera chez vous en quelques jours. Considérés au départ comme un poisson d’avril, les Dash Button sont le moyen qu’a trouvé Amazon de révolutionner une fois de plus la manière de consommer. A travers ces deux objets que nous venons d’évoquer, nous pouvons dégager une très nette tendance : les entreprises cherchent de plus en plus à simplifier le processus d’achat, en le rendant moins contraignant voire en le transformant en un certain automatisme. Faire de cet acte qui n’est pas si anodin une action quasi inconsciente bénéficie ainsi aux entreprises qui augmentent de fait leur volume de ventes.

Amazon Dash

  Mais la maison connectée ce n’est pas que des objets destinés in fine à faire consommer encore plus. Il est vrai que, de ce point de vue, on peut distinguer les objets connectés des robots. En effet, les robots ont moins pour but de faciliter la consommation des individus que de leur faciliter la vie. Les premiers robots ont ainsi été destinés aux tâches ménagères. Mais si, vous savez ! Ces robots aspirateurs aux allures de soucoupes volantes ! Certes, ils ne sont pas nouveaux et la technologie utilisée reste relativement basique (des capteurs infrarouge pour éviter les obstacles et un pare-choc équipé lui aussi de contact pour informer le robot en cas d’impact) mais ce sont eux les véritables précurseurs en terme de robotique domotique. Depuis, les choses ont bien évolué !

 

Petit florilège de robots

Précédent1 sur 4Suivant
Jibo, un ami qui vous veut du bien?

  Mais qui est Jibo ? Selon ses concepteurs, c’est un membre de la famille ! En effet ce robot, mignon pour les uns et effrayant pour les autres, se veut le nouvel objet indispensable de votre maison et de votre famille. Son design futuriste et son corps arrondi permet d’oublier l’aspect froid de la machine. Il est d’ailleurs non sans rappeler Eve, la jolie robote dont s’entiche Wall-e. Mais, quel est son utilité ? Il peut tout d’abord vous aider à prendre des photos et des vidéos toujours bien cadrées grâce à la technologie qui lui permet de reconnaître les individus (par identification des visages), devenant ainsi un outil parfait pour les vidéoconférences. Jibo permet aussi d’interagir avec tous les autres éléments connectés de la maison. Ainsi, on peut s’imaginer dans un futur pas si éloigné que notre robot domestique fasse livrer nos courses avec les informations que lui aura préalablement fourni notre réfrigérateur connecté. On note néanmoins qu’il ne possède ni bras ni jambes; ce qui l’empêche de se déplacer. Certains sont peut-être sceptiques mais ce n’est pas le cas des investisseurs. Les créateurs avaient lancé une campagne de financement pour récolter 100 000 €. 2 jours après, ils avaient déjà reçu plus de 600 000 €. En développement depuis 2014, les premiers exemplaires devraient être disponible pour Noël 2015 pour la modique somme de 499 $ (plus 50 $ de frais de port). Seul bémol, il ne saura que parler anglais à cette date. On vous laisse une petite vidéo pour le rencontrer en fer et en os !

Précédent1 sur 4Suivant
Utilisez vos touches ← → pour naviguer
Guillaume Cloux
Etudiant en M1 à Toulouse Business School et véritable digital native, je suis toujours à la recherche d'un endroit où l'on peut manger de bonnes gencives de porc .

3 commentaires

  1. Retrolien : Comment la Cyberguerre nous menace-t-elle ?

  2. Retrolien : Revue de presse du monde digital (du 22 au 26 Février 2016) - Toile de Fond

  3. Retrolien : Le Numérique en France - Faut-il être optimiste ou pessimiste ?

Votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *