Dreams are my (future) reality

   La technologie de Minority Report en vrai, ça vous fait rêver ? Eh bien sachez qu’elle existe déjà : certes encore à l’état de prototype (quoique…), mais d’ici quelques années, l’expérience que nous avons de la réalité pourrait bien être amenée à changer de manière radicale. Après avoir bouleversé nos modes de vie, la science nous propose aujourd’hui de changer la manière dont nous vivons notre environnement. De nouvelles technologies naissent en effet aujourd’hui pour nous proposer de voir le monde différemment ; littéralement.

  Leur nom ne laisse planer aucun doute sur leur objectif puisqu’elles incorporent le mot « réalité » : on parle surtout aujourd’hui de réalité augmentée et de réalité virtuelle. Si ces deux technologies -souvent confondues- sont bel et bien différentes, elles ont néanmoins pour point commun de vouloir bouleverser notre expérience de… la réalité. Il s’agira donc les confronter pour voir quelles sont leurs applications propres, et comment elles seront amenées à changer notre perception du monde.

 

Réalités augmentée et virtuelle, quèsaco ?

   Il convient tout d’abord de définir clairement les contours de ces deux concepts, qui ont chacun leurs spécificités propres.

   La réalité augmentée (et son acronyme RA) tout d’abord, consiste en un enrichissement de l’expérience de la réalité via un appareil qui diffuse  des images, des informations en temps réel et dans l’environnement. L’exemple le plus répandu se rapprochant de la réalité augmentée est le QR code, qui permet grâce à un smartphone de faire émerger un contenu à partir de ce qui semble n’être à l’origine qu’une bouillie de pixels. Toutefois, si les QR codes font aujourd’hui quasiment partie de notre quotidien, ils sont loin d’être l’application la plus marquante du potentiel de la réalité augmentée.

   En effet, l’enjeu de la réalité augmentée est aujourd’hui de véritablement bouleverser l’expérience que nous avons de notre environnement, et ce de manière constante. Il suffit de regarder la vidéo de présentation –littéralement bluffante- des Microsoft HoloLens pour comprendre le potentiel d’une telle technologie. Si l’HoloLens est encore à l’état embryonnaire, les Google Glass (malheureusement abandonnées) étaient déjà un bel aperçu de ce que peut nous offrir la réalité augmentée : plus besoin de sortir son GPS pour connaître son chemin ou son smartphone pour connaître la météo, tout s’affiche directement devant votre œil grâce à un écran intégré aux lunettes.

Microsoft Lens

Bientôt, toutes vos applications domestiques passeront peut-être via un dispositif RA.

   De son côté, la réalité virtuelle (souvent abrégée avec ses initiales anglaises : VR),  a une fonction bien différente. Il s’agit ici non pas de renforcer l’expérience du réel mais bien de créer une nouvelle réalité. L’utilisateur d’un casque de réalité virtuelle est ainsi totalement immergé dans un nouvel environnement. C’est notamment le cas pour l’Oculus Rift (voir notre article dédié), probablement le plus célèbre casque de réalité virtuelle qui a été pensé pour l’industrie vidéoludique : le joueur ne joue plus devant un écran mais se retrouve plongé dans l’univers du jeu. Cette technologie est en réalité apparue dans les années 1990 mais les dispositifs d’alors provoquaient des nausées ou des maux de tête chez les utilisateurs ; elle semble aujourd’hui enfin arrivée à maturité.

Occulus

L’Oculus Rift vous permet d’être littéralement plongé dans votre jeu: un fantasme de longue date présenté comme la prochaine révolution du jeu vidéo, et dont les applications s’étendent désormais à de très nombreux secteurs.

Et concrètement, quelles applications ?

   Initialement conçue pour l’industrie du jeu vidéo, la réalité virtuelle constitue en effet le fantasme de nombreux gamers : se retrouver au sein de son propre jeu. Toutefois, et c’est ce qui va nous intéresser ici, la technologie s’est aujourd’hui largement étoffée et ouverte à d’autres secteurs.

   Le rachat d’Oculus VR (le constructeur du casque susmentionné) par Facebook est très loin d’être anodin. Bien plus qu’un placement financier judicieux, la firme de Zuckerberg y voit aussi des applications directement liées à l’expansion de son activité. Imaginez par exemple : vous discutez avec l’un de vos amis sur Facebook, votre casque vissé sur le crâne. Au lieu de la traditionnelle petite fenêtre en bas à droite de votre écran, votre casque vous projette tout simplement en face de votre ami et même virtuellement dans la pièce où il se trouve. Concrètement, il ne manquera plus que la pinte de bière et les gâteaux apéro pour que l’immersion soit vraiment totale…

   La réalité virtuelle a aujourd’hui effectivement largement dépassé le cadre de l’Entertainment et s’ouvre jusqu’aux applications industrielles. Un ingénieur peut ainsi, grâce à un casque VR, s’immerger et évoluer au sein d’une maquette qui n’existe encore qu’à l’état de prototype numérique. Il peut alors vérifier les assemblages, se mettre à la place du futur consommateur (dans le cas de la simulation d’une voiture par exemple)… Bref, les applications industrielles ne manquent pas et sont appelées à se développer et se démocratiser dans les prochaines années.

VR

Cet ingénieur est totalement immergé et évolue au sein de sa maquette virtuelle grâce à son dispositif VR.

   La réalité virtuelle commence même à s’immiscer dans le domaine de la médecine : l’imagerie médicale s’intéresse désormais très sérieusement à cette technologie, qui pourrait par exemple permettre à un praticien d’ « explorer » le corps d’un patient en trois dimensions (pensez aux chirurgiens), et qui sert déjà dans de nombreuses thérapies : l’immersion totale qu’elle permet est utilisée dans le traitement des phobies (on confronte un patient à ses plus grandes peurs via ce procédé) ainsi que pour les personnes souffrant de problèmes moteurs, cognitifs, ou de perception de l’espace.

   Enfin, dans le monde du divertissement, la réalité virtuelle ne se limite même plus aux jeux-vidéo sur nos PC domestiques puisque “The Void” (dont voici la vidéo de présentation), un parc d’attractions uniquement fondé sur le principe de la réalité virtuelle devrait ouvrir dans l’Utah en 2016. Le concept fait des émules et d’autres projets parcs de ce type sont d’ores et déjà envisagés, notamment par notre bon vieux Futuroscope…

   La réalité augmentée elle-aussi commence à élargir ses applications, essentiellement auprès du grand public. Elle tend de plus en plus à vouloir bouleverser notre quotidien. Tout d’abord, son principal avantage est qu’on peut y avoir accès un peu partout : l’appareil photo de votre smartphone suffit à vous permettre l’accès à la réalité augmentée (QR codes, NFC…). Mais votre maison, dans une ou deux dizaines d’années, pourrait elle-aussi être entièrement connectée en RA. Et puisqu’une vidéo vaut mieux qu’un long discours, je vous invite une nouvelle fois à regarder la vidéo de présentation de l’HoloLens de Microsoft pour vous faire une idée plus précise.

   En fait, la réalité augmentée est véritablement amenée à devenir omniprésente : dans les jeux-vidéo certes (les fameux amiibo au succès viral en sont un bon exemple) mais aussi dans l’art. Imaginez par exemple une statue en ruine se reconstituer sur l’écran de votre smartphone grâce à un dispositif RA intégré au musée. Certains lieux touristiques s’équipent même déjà de la sorte afin d’attirer plus de visiteurs et d’augmenter l’expérience vécue lors de la visite. Le marketing est lui aussi touché par le phénomène: imaginez le produit que vous envisagez d’acheter surgir directement devant vos yeux !  Sans oublier la médecine, une fois de plus…

   Mais aussi là où on l’attend moins, comme par exemple la Défense : des armes avec RA intégrée sont d’ores et déjà en développement et pourraient permettre aux soldats du futur de connaître les positions de l’ennemi et analyser l’environnement, ou même viser sans avoir à s’exposer. Pour des pompiers aussi, avec des informations supplémentaires intégrées à leur casque comme sur l’illustration ci-dessous. En fait, la réalité augmentée étend ses applications de telle manière qu’elle pourrait peut-être un jour nous sauver la vie !

Pompier

Encore à l’état de prototype, ce casque de pompiers constitue un véritable HUD (Head Up Display) indiquant entre autres la température extérieure, le taux de toxicité de l’air…

C’est bien beau tout ça, mais ces technologies ne posent-elles pas aussi quelques problèmes ?

   On passera outre les éventuels problèmes de santé, évoqués plus haut, que pouvaient causer les dispositifs de VR il y a de cela quelques années, puisqu’ils sont aujourd’hui de l’histoire ancienne.

   Concernant la réalité augmentée, son principal défaut est qu’à l’instar de nombreuses technologies individuelles actuelles, elle pourrait constituer une nouvelle menace pour notre vie privée. En effet, à force de constituer de véritables outils d’assistance et d’interaction, elles constitueront une forme de réseau social augmenté comme base de données personnelles. Évidemment largement connectée, cette technologie n’échappe pas non plus aux enjeux du Big Data.

   De plus, comme toute technologie, nos deux types de réalité ne sont pas infaillibles. Or elles pourront impacter jusqu’à notre vie professionnelle, et même à engager des vies humaines (dans la médecine par exemple). Il sera donc nécessaire de les utiliser avec prudence et garder un certain recul sur notre environnement.

   Enfin, nos deux technologies ont de grandes ambitions, et cet article a été écrit dans la perspective d’un bouleversement de notre expérience du réel grâce à elles. Mais le chemin pour parvenir à cet avenir est encore long, et si elles ont indéniablement un potentiel incommensurable, elles doivent encore convaincre les plus sceptiques, qui s’interrogent déjà du rôle proéminent de la technologie dans nos vies.

   On peut enfin s’interroger sur l’échec des Google Glass ou encore sur le rôle des QR Codes, qui malgré leur omniprésence manquent finalement d’intérêt. Néanmoins, ces dispositifs sont probablement sortis trop tôt, proposant au prix fort des applications encore limitées. Ils auront au moins eu le mérite de nous préparer aux changements extraordinaires que pourraient bien nous apporter leurs petits frères.

Conclusion

   Si ces deux types de réalité ont des applications distinctes, elles vont progressivement se croiser (certaines applications de l’HoloLens font d’ailleurs presque penser à de la VR) à mesure que leurs technologies, encore jeunes, progresseront. Conjointement, elles ont pour enjeu de révolutionner jusqu’à notre manière de concevoir le monde. Aujourd’hui, leurs utilisations sont encore rudimentaires et il est donc difficile d’envisager un tel bouleversement. Mais gardez en tête que, si vous ne pouvez déjà plus vous passer du simple bibelot qu’est votre smartphone, imaginez que vos enfants ne voudront peut-être plus voir le monde qu’avec différentes informations incrustées dans l’environnement, alors même que s’immerger dans un monde virtuel sera devenu une expérience banale et omniprésente dans nos loisirs comme dans notre travail. Bref, voir le monde tel quel et par ses propres yeux, sans artifice technologique, sera devenu has been.

A vous de juger s’il s’agit d’une bonne chose ; un véritable débat sociétal et philosophique s’ouvre à nous…

Pour aller plus loin…

www.larealiteaugmentee.info

Un très bon reportage réalisé par jeuxvideo.com sur le fonctionnement de la réalité augmentée.

Le site de l’AFRV, l’association française de réalité virtuelle


Étudiant à Toulouse Business School et passionné depuis toujours par les nouvelles technologies au sens large. linkedin.com/in/victordroin/

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *