La guerre des OS mobiles : qui sera votre assistant quotidien ?

Nexus 4 Android

N’oubliez pas, vendredi matin, c’est le lancement que vous attendez tous : l’IPhone 5S et 5C” ! Ou pas.

En effet, ce jour-là, l’iPhone 5S sortait, mais iOS 7 sortait aussi, tout aussi important mais si peu significatif aux yeux des gens. Eh oui, nous avons tendance à énormément parler du “hardware” ( le téléphone et la technologie en lui-même) et moins du “software” (le système d’exploitation, OS) qui va permettre à la machine de bien fonctionner, et qui s’avère aujourd’hui primordial.

Le smartphone, hardware mais surtout software

Avant, c’était la guéguerre sur le marché des ordinateurs entre Apple et Microsoft. Comprendre en terme d’OS : Macintosh vs. Windows. Aujourd’hui, c’est presque la même chose sur les smartphones, ces téléphones connectés à internet et plus puissants que l’ordinateur de votre grand-mère. A la différence que votre grand-mère ou des gens peu informés ne savent même pas que des millions d’applications existent et peuvent sensiblement améliorer l’expérience d’utilisation.

Le gros avantage de ces systèmes se trouve dans les applications et les services qu’ils proposent. Votre smartphone n’est pas cool sans ses applis qui ne servent à rien ou qui vous sauvent la vie. C’est sur ce point que le choix de l’OS mobile dépasse aujourd’hui le simple choix du téléphone. Pensez-y.

Prenez l’exemple du cloud – le buzzword le plus fringant depuis 2 ans. Le concept est simple, vous voyez les nuages ? Et bien c’est pareil, sauf que vous mettez tout ce que vous voulez dans votre nuage (photos pour votre grand-mère, votre rapport marketing, votre agenda…) et vous pouvez l’avoir n’importe où sur vos appareils : smartphone, tablette, ordinateur. Votre carte d’identité, votre carte merveille va se trouver en un clin d’œil. Pareil, vous avez peur de perdre votre carte Kiabi ? Rentrez-la sur votre application FidMe et vous pourrez la présenter n’importe où facilement.

Mon but ici est de vous faire réagir : pensez à ce que le système proposé par votre machine va pouvoir vous apporter avant d’acheter un téléphone sans regarder.

 

Panorama des OS mobiles

Je vais vous présenter ces entreprises qui savent tout de vous et qui sont vos assistants du quotidien (si vous le voulez bien). Les protagonistes sont les suivants :

Comparatif os mobiles

Apple et iOS

On commence par lui car il a plus ou moins initié le mouvement grâce à l’iPhone. Son système d’exploitation aujourd’hui : iOS7. Peut-être pionnier sur le modèle, mais le dernier OS manque clairement d’originalité… Apple ce n’est plus ce que c’était.

Le nom de son magasin en ligne : l’App Store. Le plus important de tous, et toutes les marques s’y mettent.

Google et Android

C’est le système le plus répandu au monde. Il faut savoir que 64% des smartphones en France sont équipés de l’OS de Google. Mais la moitié de ses utilisateurs n’utilisent pas ses capacités à 100%. La dernière version de l’OS est Kit Kat (4.4)(Google choisit des noms de sucreries pour désigner ses OS, si c’est pas mignon). Au programme ici, du multitâche, une multitude d’applications (même des anti-virus !) et une ergonomique sympathique.

Omniprésent, très personnalisable, parfait pour un geek mais une personne ne s’intéressant pas un minimum à l’OS ne verra jamais le potentiel complet du téléphone (certains utilisateurs de Galaxy S3 n’ont surement jamais eu à ouvrir le Google Play… Tristesse).

Le nom de son magasin en ligne : Le Play Store, ex Google Market. Un store vraiment intéressant mais qui mériterait d’être mieux mis en avant.

Windows et Windows Phone (WP)

En 3ème position on met désormais les Windows Phone, avec 11% des smartphones en France. Son concept, reprendre Windows 8 et utiliser des tuiles. Un système innovant exploitant à fond le système de smartphone mais il parait compliqué au premier abord.

Un gros pari pour Microsoft qui a l’air de s’en sortir malgré quelques réticences des utilisateurs. Parfait pour quelqu’un qui n’est pas très technologie, simple et efficace, c’est ce qu’on lui demande. Le manque d’application est son plus gros défaut, un défaut qui reste surmontable.

Le nom de son magasin en ligne : le Windows Phone Market (toujours aussi original). A voir l’évolution dans les prochains mois !

Blackberry et Blackberry OS

Enfin, BlackBerry (oui oui) avec de multiples tentatives d’OS plus ou moins fructueuses. Il faut savoir que BlackBerry (anciennement Research in Motion, RIM) était un des leaders du marché il y a 3 ans (notamment grâce à son commerce BtoB), mais ce dernier a perdu pied avec le succès des smartphones et des écrans tactiles… Les rumeurs étaient d’ailleurs incessantes sur une vente de Blackberry. [Màj] Finalement, la société a annoncé le 4 novembre lever 1 milliard de dollars auprès d’investisseurs. Reste à voir si ce nouveau sang insufflé (changement de CEO) permettra de redresser Blackberry.

 

Nous reviendrons en détail sur chacun de ces OS à l’occasion de prochains articles sur Toile de Fond. En attendant, votre Maman a acheté un Samsung, regardez si vous ne pouvez pas lui installer Candy Crush ou Marmiton pour lui montrer à quel point la technologie (et les OS) c’est chouette !

César Lagarde

Technophile, passionné de disruption et de business, j'adore également cuisiner. En dernière année à Toulouse Business School, travaillant à Paris, je n'oublie pas mes origines #Geek. Pour + d'infos, suivez-moi sur Twitter @Cezouu

4 commentaires

  1. François Grante

    4 novembre 2013 at 20 h 13 min

    A propos de Blackberry, cet article m’a bien fait rire tout à l’heure : http://thenextweb.com/insider/2013/11/04/5-funniest-things-ex-blackberry-ceo-thorsten-heins-said/

    Avoir un patron visionnaire ça aide 😀

  2. Martin Broguière

    Martin Broguière

    4 novembre 2013 at 9 h 27 min

    Un très bon article, c’est vrai qu’on oublie souvent ces OS et leur importance … et surtout le coût de développement qui se cache derrière !

    Concernant Blackberry, on en est même à plus que des rumeurs ; ils sont à la recherche d’un repreneur, et pour l’instant c’est un fonds d’investissement canadien qui s’est proposé. Je crois que la date limite est d’ailleurs aujourd’hui. On va bien voir c’que ça va donner, mais avec une perte nette de 700 millions d’euros au 2nd trimestre 2013, je donne pas cher de leur peau. 🙂

    Ça leur apprendra à faire d’la résistance au tactile !

    • Thomas Dutouquet

      Thomas Dutouquet

      4 novembre 2013 at 15 h 03 min

      Yes, Martin, tu as raison pour le rachat de Blackberry : mais ils n’ont finalement pas accepté l’offre de FairFax, et vont « simplement » lever 1 milliard de dollars.

      • Martin Broguière

        Martin Broguière

        5 novembre 2013 at 15 h 39 min

        Et paf, -16,41% sur le cours de l’action Blackberry, à la fin de la journée où ils ont annoncé leur levée de fonds. Y’a de l’eau dans le gaz …

Votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager sur Facebook