Interview de Laurent Mauriac, fondateur de Brief.me

Slogan Brief.me

Avec ce lien, Toile de Fond vous offre 2 mois gratuit sur Brief.me : cliquez ici.

Coupon toiledefond brief.me

2 mois offerts par Toile de Fond

Bonjour Laurent, merci de nous avoir accordé cet interview. Une première question tout d’abord : Brief.me, qu’est-ce que c’est ?

  Le concept est simple : offrir tous les soirs un résumé de l’actualité. Cela permet aux lecteurs de savoir ce qu’il s’est passé dans la journée. On leur apporte aussi une explication. Brief.me s’adresse aux gens qui se sentent submergés par tous les flux d’information. Ils ont souvent du mal à s’en sortir face à la multiplication d’articles sur les sites, les réseaux sociaux, les alertes sur mobile… Cela crée une confusion, beaucoup de personnes ont l’impression de manquer de repères. Nous avons créé Brief.me pour leur apporter une solution.

 

Quel est le format que vous utilisez?

  Il s’agit d’une sorte de petit quotidien par e-mail. Ce quotidien est organisé en rubriques : la 1ère résume les informations importantes de la journée, la 2ème explique un évènement majeur. Par exemple le 19 décembre 2017, c’était le vote de la réforme  fiscale aux Etats-Unis. On le décline sous 3 questions-réponses qui permettent d’avoir une compréhension globale du sujet. Il y a d’autres rubriques : « Ça alors » qui rapporte des informations décalées, « C’est leur avis », qui consiste à avoir un point de vue qui nous semble une contribution pertinente à un débat, ou encore « Ça peut servir » qui regroupe des informations pratiques qui peuvent aider des gens dans leur vie tant professionnelle que personnelle. Si l’on résume le tout, il y a donc information, explications et dimension pratique.

 

D’où vient l’idée de Brief.me ?

  Je voulais un moyen simple de savoir ce qu’il s’était passé dans la journée. Je souhaitais une source dans laquelle je pouvais avoir confiance. Elle devait regrouper l’ensemble des informations importantes de la journée. Je n’ai pas trouvé ce que je cherchais, il y avait quelque chose à imaginer. J’en ai parlé autour de moi, et les avis étaient unanimes. Il y avait un brouillage dans l’information de plus en plus important à cause de l’afflux de l’information. C’est en réponse à ce constat qu’est née l’idée de Brief.me.

Laurent Mauriac fondateur Brief.me

Le fondateur Laurent Mauriac

Comment s’est déroulé le début du projet?

  J’ai réuni une équipe avec plusieurs compétences : informatique, financement, etc. Étant journaliste depuis longtemps, j’apportais une compétence éditoriale. Depuis 1 an, je suis associé avec Edmond Espanel qui a une  expérience très fournie dans le marketing. Nous embrassons ainsi le maximum de compétences pour que le projet ait toutes les chances de réussir.

 

Où en êtes-vous à présent ?

  Nous sommes 5 permanents (3 journalistes, 1 marketing et 1 responsable technique), ainsi que 2 stagiaires. Le nombre d’abonnés au journal a doublé en un an, pour passer de 3 000 à 6000. D’après les études que l’on mène auprès de nos lecteurs, 60% des abonnés ont moins de 30 ans. Ce dernier point est intéressant car on a tendance à dire que les jeunes ne sont pas prêts à payer pour de l’information. Ce chiffre-là nous montre le contraire.

 

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

  Nous avons comme objectif d’atteindre les 10 000 abonnés. L’équipe réfléchit sur d’autres projets, toujours sur le principe du brief.  Le contenu sera court avec une attention portée sur l’écriture : clair, concis, qui respecte le temps des lecteurs. On réfléchit à des thématiques différents, l’économie et le numérique entre autres. Etant donné que nous allons décliner la plateforme technique, nous recruterons certainement des journalistes supplémentaires. C’est vraiment de cela que l’on a le plus besoin.

 

Quel est le profil de vos abonnés ?

  En général, ils ont deux caractéristiques. Il y a un besoin d’information, ce qui est le cas des étudiants et des jeunes actifs. Ils ont aussi une pression sur leur emploi du temps. Ils n’ont pas le temps de trier les informations, de les vérifier et d’aller chercher des explications. Nos lecteurs apprécient que Brief.me le fasse pour eux.

slogan de brief.me

La start-up qui vous apporte l’actualité facilement et simplement

Avez-vous des partenaires qui vous aident à toucher votre clientèle ?

  Nous réalisons des partenariats avec des écoles, des associations étudiantes, et nous avons également eu un partenariat avec le Youtubeur Hugo décrypte. Nous allons continuer dans cette direction. Il existe également un partenariat avec la carte jeune européenne.

 

Comment faites-vous pour acquérir de nouveaux lecteurs?

  Principalement par les partenariats, le bouche à oreille, mais également un système de parrainage permettant de sponsoriser des proches, ce qui offre une prolongation de leur abonnement aux parrains et aux affiliés. Brief.me dispose également d’une période d’essai gratuite. Il vous suffit de laisser votre adresse email et Brief.me vous est offert gratuitement pour un mois, ce qui vous laisse le temps de tester notre formule et voir si cela améliore votre quotidien. On essaie de convaincre un maximum de personnes faisant cet essai de devenir abonnés.

 

Et cela fonctionne ?

  Le taux de conversion est à peu près de 6%, là où il n’était que de 4% l’an dernier. Ce chiffre peut encore être amélioré, mais nous en sommes déjà très satisfaits. Un autre indicateur très important est le taux de réabonnement, sur lequel nous sommes au-delà de 65%. Malheureusement, les lecteurs qui ne se réabonnent pas le font souvent par négligence, en raison de l’expiration de leur carte bancaire.

 

Comment se déroule une journée type ?

  Le matin, nous commençons par une mini conférence de rédaction. Ce point nous sert à décider de la deuxième partie de Brief .me : des sujets un peu plus « magazine », plus froids. La première partie de la journée est donc consacrée à leur choix et rédaction. Dans notre travail, la veille est l’un des éléments clés. On regarde un grand nombre de sources différentes, notamment à l’étranger, et on vérifie nos informations. Il arrive assez souvent qu’on abandonne un article en cours de route, faute de fiabilité. L’équipe fournit un vrai travail de fond pour s’assurer que les informations publiées soient avérées, pertinentes : qu’elles aient du sens. L’après-midi est dédiée à la première partie de l’édition : le « Tout s’explique » qui est un sujet d’explication, de compréhension, ainsi que la partie « On rembobine », qui passe en revue les informations importantes de la journée.

 

La confiance est un terme qui revient souvent dans votre discours. Comment faites-vous pour être certains de la fiabilité de vos informations ?

  Notre travail principal de vérification consiste à les croiser pour remonter la source. Chaque jour, énormément d’informations sans source connue nous parviennent. On les remonte pour les vérifier. Récemment, nous avons expertisé une info parue dans des médias britanniques, reprise par des médias français, annonçant que des bus londoniens utilisant un biocarburant à base de marc de café avaient été mis en circulation. On s’est dit que ce sujet pouvait intéresser les lecteurs. En creusant, avec un vrai effort de vérification de la source, nous nous sommes aperçus qu’il y avait uniquement de quoi faire fonctionner un bus. Les articles lus donnaient pourtant l’impression d’une opération de grande ampleur, sans chiffres précis. C’était insuffisant pour rédiger un article et avons laissé tomber l’idée. Il ne s’agit là que d’un exemple parmi tant d’autres, et ce travail de vérification, même s’il nous demande beaucoup de temps, est essentiel à nos yeux.

 

Vous avez parlé du déclic qui vous a fait vous lancer, lorsque vous vous êtes rendu compte que vous n’étiez pas satisfait des moyens d’information proposés jusqu’alors. Avez-vous trouvé facile de faire naître le projet ? Que pensez-vous de l’entrepreneuriat en France ?

Je trouve que ce n’est pas aussi compliqué qu’on le dit. Je pense que créer une entreprise est assez simple. Reste que trois éléments sont indispensables : du financement, des compétences et surtout une idée. Concernant Brief.me, nous avons lancé une campagne de financement participatif avant le démarrage officiel. Les personnes ayant participé ont été intégrées au projet, puisque nous avons utilisé cet embryon de communauté comme bêta-testeurs du projet, ce qui nous a permis de peaufiner celui-ci avant son lancement définitif.

exemples d'articles brief.me

Brief.me veut faciliter l’accès à l’information

À quoi tient l’originalité de Brief.me ?

Brief.me n’est pas un service de « curation », un agrégateur d’articles, qui se contenterait de résumer des articles existants. Nous produisons un contenu propre. L’équipe réalise un véritable travail journalistique qui consiste à sélectionner les informations qui nous semblent pertinentes, à les vérifier, et à les formuler de la manière la plus claire, précise et synthétique possible. Nous accordons une importance à l’écriture. Nous cherchons à produire le maximum de sens dans le minimum de mots. Je pense réellement qu’il s’agit là d’un point sur lequel nous nous distinguons. Nous essayons de respecter au maximum le temps des lecteurs et nous efforçons d’être le plus synthétique possible dans notre rédaction.

 

Y’a-t-il  un point clé de Brief.me que nous n’avons pas encore évoqué ici ?

  Il me semble important de parler de l‘absence de publicité. Nous faisons en sorte que notre mini-journal soit agréable à la lecture, avec une composition reposante. De même, visuellement parlant, nous avons une maquette sobre, qui nous permet d’instaurer ce rapport plus calme, plus tranquille avec l’information. Nous sommes loin d’une approche sensationnaliste ou un peu dramatique, comme le font les chaînes d’info en continu.

Un point qui est souvent noté par les lecteurs et qui est apprécié, c’est notre absence de parti pris. Nous avons certes une ligne journalistique, mais pas de ligne politique. Notre objectif est d’apporter de l’information neutre et de permettre aux gens de construire leurs opinions propre grâce, entre autres, aux matériaux dont on les nourrit, mais jamais nous n’exposons notre opinion. Il s’agit d’une chose assez rare dans le monde journalistique d’aujourd’hui, et je pense que cela est très apprécié par les lecteurs.

 

Un petit mot de conclusion ?

  Ce que l’on essaye de faire à travers Brief.me, c’est de nouer une relation de confiance avec les lecteurs, car il s’agit là d’une chose absolument cruciale dans la construction d’un média. Faire en sorte que les lecteurs nous fassent le plus vite possible confiance est notre principal objectif. On le fait par notre travail au quotidien, par les relations qu’on noue avec eux, par le grand nombre d’échanges que l’on a avec eux, par e-mail notamment. On lit tout ce que nous disent les lecteurs, on leur répond, on a de nombreux échanges avec eux, et on se nourrit de ça. Je pense que cet état d’esprit fait vraiment partie du projet, et c’est aussi pour cette raison qu’on a choisi un modèle payant, qui est selon moi plus propice à la construction d’une relation dans la durée, qui soit une relation de confiance durable.

 

Cette interview vous a donné envie de lancer votre start-up ? Alors découvrez quelques outils pour trouver votre idée !

Votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager sur Facebook