Revue de presse du monde digital (du 11 au 16 janvier)

  Nouveauté dans le blog Toile de fond, nous allons vous proposer chaque semaine un récapitulatif des infos importantes qui se sont déroulées dans la semaine au sein du vaste monde du digital. Cette rubrique s’inscrit dans un projet de veille hebdomadaire des secteurs de la communication et du marketing digital. La liste des articles proposés sera donc purement arbitraire et non-exhaustive, elle vous servira cependant à vous constituer une première approche de la veille stratégique si nécessaire pour les cadres d’aujourd’hui et de demain.

 

Les brèves dont je ne parlerai (presque) pas :

– Manuel Valls vous présente ses vœux à 36.480 euros

   Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 1

  Les agences de communication comptent dans leurs clients réguliers les pouvoirs publics et notamment les hommes politiques et gouvernementaux. Cette année, le premier ministre présente ses vœux à près de 18 000 personnes pour un coût global estimé à plus de 36 000€. Ce prix s’explique principalement par le nombre de projets qui ont dû être réalisés afin d’arriver à un résultat satisfaisant le SIG (Service d’information du Gouvernement) : 66 projets par 5 artistes différents pour un choix définitif finalement assez sobre. Pour rappel, le service dirigé par Christian Gravel depuis le 30 avril 2014 réunit une centaine de collaborateurs autour de 3 missions (Analyse de l’opinion publique, information sur l’action du gouvernement et coordination interministérielle de la communication gouvernementale. En 2015 la dotation du SIG était de 13,5 millions d’euros.

 

– Bombay décrète 19 zones « sans selfies »

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 2

  Les accidents liés à la prise de selfies se multiplient dans le monde. Tout comme envoyer des sms ou des snaps au volant (oui ça arrive plus souvent qu’on ne le pense…) certains utilisateurs de smartphone ne font visiblement pas assez attention à leur environnement quand ils font des selfies, à tel point qu’on constate une mortalité plus grande à cause des selfies qu’à cause des attaques de requins ( !). Après un fait divers dramatique à Bombay la municipalité a décidé de créer des zones « anti-selfies ». En réalité l’action est plus symbolique que contraignante, il s’agira de placer des panneaux d’avertissement dans les endroits jugés « dangereux ». Si les faits divers continuent d’augmenter nul doute que d’autres villes se pencheront à leur tour sur cette question. En attendant cela, la sélection naturelle fera toujours son travail.

 

– Xiaomi largement en-dessous de ses objectifs de ventes

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 3

  Loin de l’insolence de ses taux de croissance des années précédentes (+ 227% de ventes entre 2013 et 2014), le constructeur chinois, qui a réalisé une levée de fonds dantesque en 2014 (1,1 milliards de dollars, ce qui valorisait l’entreprise à $45 Mds) annonce finalement une année 2015 plutôt calme avec 70 millions de smartphones écoulés au lieu des 100 millions prévus au début d’année. Cet état de fait souligne la saturation du marché chinois (principal marché de Xiaomi) alors que la concurrence d’autres marques chinoises comme Lenovo ou Huawei qui lui ont volé respectivement la 4ème et la 3ème place du classement mondial des fabricants de smartphones. La stratégie de Xiaomi serait alors de s’attaquer aux autres continents comme l’Europe mais ces marchés sont craints des fabricants chinois à cause de la plus forte protection intellectuelle qui y règne. Les concurrents comme Apple ou Samsung sont des habitués des procès pour atteinte aux brevets et ils ne feraient preuve d’aucun répit pour leur nouveau concurrent.

 

– La SNCF rate le train du WiFi en 2016

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 4

  Ce tweet de la secrétaire d’Etat chargée du numérique date de 2014 et pourtant, force est de constater que le retard de la SNCF par rapport à ses homologues européens n’est pas encore prêt de s’atténuer. Tenté en vain en 2010, l’échec venait principalement des coûts jugés prohibitifs de telles installations. Selon les évaluations de la SNCF à l’époque, équiper une rame de TGV en Wifi coûte 350 000 euros. Et la société en opère environ 450. Guillaume Pepy, l’actuel dirigeant de l’EPIC (établissement public à caractère industriel et commercial) annonce cette semaine qu’il faudra attendre au plus tôt 2017 pour que le WIFI soit présent dans les TGV de l’entreprise, et 3 ans de plus pour les autres trains comme les intercités ou les TER. L’idée retenue est d’initier un appel d’offres auprès des opérateurs télécoms afin de proposer une solution qui allierait wifi et couverture 3G/4G. On peut alors se demander comment vont se répercuter les coûts induits par l’installation et la maintenance du WIFI dans les trains : rogner sur les marges ou (plutôt), augmenter le prix des billets ?

 

– Les députés votent le principe d’un OS souverain made in France

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 5

  Sur proposition de l’ancienne ministre socialiste Delphine Batho et de plusieurs députés Les Républicains dont la vice-présidente du parti Nathalie Kosciusko-Morizet, les députés ont voté en commission la création d’un Commissariat à la souveraineté numérique qui aurait la responsabilité de créer un système d’exploitation français. Il s’agit de créer un « système d’exploitation souverain » selon l’ancienne ministre de l’écologie sous le gouvernement Ayrault. Amendement adopté le 13 janvier avec l’avis favorable du gouvernement selon Axelle Lemaire. Le projet répond aux besoins de juguler l’hégémonie américaine en termes de services et de biens informatiques tout en permettant une plus grande confidentialité des données échangées. Ce n’est pas la première fois que l’idée d’un OS français émerge. De Pierre Belanger (le fondateur de Skyrock) à Arnaud Montebourg en passant par Orange qui souhaitait dès 2010 un OS européen. La question n’est d’ailleurs pas franco-française, d’autres gouvernements ont connu pareilles initiatives comme le Brésil, la Chine ou la Corée du Nord. En attendant si vous désirez une plus grande protection de vos données au sein d’un OS utilisé par plus de 20 personnes il reste toujours les systèmes d’exploitation Linux.

 

 DEUX SUJETS D’OUVERTURE :

-Seul Apple progresse sur un marché du PC en crise

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 6

  Les ventes de PC ont chuté de plus de 10 % en 2015 et passent sous la barre des 300 millions d’unités vendues, une première depuis 2008. Ce déclin est mondial. La concurrence des tablettes et des smartphones est toujours aussi forte, surtout qu’aujourd’hui la frontière entre tablette et PC devient de plus en plus floue avec des modèles hybrides et un OS (windows 10) identique qu’importe la plateforme utilisée. On assiste alors bien à un changement structurel dans la manière d’interagir avec les produits informatiques : la tour+écran n’a plus la côte alors que le nomadisme informatique bat son plein à grand renfort d’objets toujours plus connectés (montres, bracelets, t-shirts… en plus du smartphone et de la tablette). Au sein de ces bouleversements industriels Apple parvient cependant à voir ses ventes de mac progresser (+6%) pour se hisser au 4ème rang mondial des ventes d’ordinateurs avec 7,5% de parts de marché. Apple récolte les fruits d’une stratégie de différenciation qui met en avant innovation et expérience utilisateur même si cela induit un prix plus élevé que la concurrence. Selon les prévisions, 2016 devrait être moins problématique pour les constructeurs de PC car l’émigration vers windows 10 devrait s’accélérer à mesure que Microsoft presse particuliers et entreprises à quitter leur OS de moins en moins mis-à-jour.

 

 – Le chiffrement de nos smartphones fait débat dans le monde entier

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 7

  Dans le contexte actuel de menace sérieuse d’attaques terroristes, le gouvernement français n’a pas été timide dans ses réponses législatives et exécutives entre Loi sur le Renseignement en Mai et Etat d’urgence en novembre. Malgré les craintes de nombreux acteurs en lien avec la protection des droits de l’homme l’heure est plus au renforcement de la sécurité que du respect de la vie privée. Il semblerait cependant qu’à l’heure actuelle, le gouvernement est favorable au droit au chiffrement de nos communications. Le débat fait néanmoins rage dans le monde entier et notamment aux Etats-Unis où en Août dernier le procureur de Paris François Molins a co-signé une tribune dans le New York Times avec ses homologues de Manhattan, Londres, et Madrid afin de dénoncer le blocage qu’induit le chiffrement des smartphones dans le déroulé des enquêtes judiciaires. En clair, sans mot de passe correct il est impossible pour les services informatiques des cellules judiciaires d’atteindre les données des suspects. Les smartphones ne sont pas les seules cibles, les applications ou les logiciels de communication eux-mêmes chiffrés se voient récemment de plus en plus critiqués car ils permettraient aux terroristes de discuter au nez et à la barbe des services de renseignement. A l’heure où se développe de manière exponentielle l’intelligence économique par le biais des Big data il convient de rappeler l’importance d’un encadrement strict des mesures possibles aussi bien par les acteurs privés que publics. En cela, le rejet des « backdoors » obligatoires (proposés par NKM) par Axelle Lemaire va dans le bon sens.

 

 

LE SUJET IMPORTANT :

 

Les smartphones à la conquête des pauvres ?

Retrouver l’article dédié en cliquant sur le titre.

 

LA TRIBUNE OU L’ÉTUDE A NE PAS MANQUER :

– Les tendances notables dans l’usage de nos smartphones en 2015

  Une étude cette semaine qui nous vient de Flurry pour Yahoo ! News . Cela fait 7 ans que Flurry analyse chaque année plusieurs centaines de smartphones à travers le monde (2.1 milliards en 2015). Cela nous permet d’en apprendre un peu plus sur nos usages actuels des smartphones.

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 9

  Premier point : l’usage global des applications a augmenté de 58 % entre 2014 et 2015. On ouvre et on passe donc plus de temps sur nos applications et particulièrement celles concernant la personnalisation, les informations, la productivité et le shopping.

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 10

  Deuxième point : Les « petits » smartphones vont mourir. C’est en tout cas la prévision que fait l’étude d’après les tendances analysées. Déjà fin 2015 près du tiers des smartphones vendus possédaient un écran d’au moins 5 pouces (environ 13 centimètres), et cette tendance n’est pas prête de s’arrêter car il est prévu que les « phablettes » soient majoritaires dans les ventes globales de smartphones d’ici 2017.

  On est loin du temps où la mode était de posséder le téléphone le plus petit possible en opposition aux « télécabines » vendues dans les années 80/90.

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 11

1987 : Michael Douglas dans Wall Street par Oliver Stone.

  Avec le développement des smartphones servant aussi bien aux appels qu’à des usages plus multimédia il devient nécessaire pour les constructeurs de répondre à la demande des consommateurs qui souhaitent pouvoir surfer sur internet et regarder des vidéos sur Youtube sans plisser les yeux. L’étude n’évoque qu’une prévision mais force est de constater que les petits smartphones sont de plus en plus rares, même chez Apple !

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 12

  Avant, aux commandes il y avait Steeve Jobs pour qui, chaque utilisateur devait pouvoir atteindre confortablement 90 % de l’écran avec son seul pouce et d’une main s’il-vous-plait. Cela a entrainé un rythme de croissance de la taille bien plus lent que chez les concurrents. Samsung lançait en 2011 son premier Galaxy note de 5,3 pouces dont beaucoup se moquaient car il était fourni avec un stylet et qu’il était presque aussi gros qu’une tablette en moins puissant et en moins endurant. Le succès a été énorme et très vite tous les autres concurrents ont sorti leur flagship en plus de 5 pouces, puis ce fut le tour de tout le haut de gamme avant que ce soit aussi la grande majorité du moyen de gamme qui grandisse aussi. Apple a récemment décidé de suivre le rythme avec les 6 et 6Plus et vu le succès commercial il semble que le marché ait bien intériorisé le besoin d’un grand format pour profiter au mieux des possibilités offertes par le téléphone intelligent, même si cela laisse une partie de la population nostalgique des petits formats clairement sur le carreau.

 

L’APPLICATION DE LA SEMAINE :

ClickMe

Ce qu'il fallait retenir cette semaine dans le monde du digital (du 11 au 17 janvier) 13

  Pour toi futur cadre déjà débordé par les cours, les dossiers, les rendez-vous et ta liste de courses cette application pourrait t’intéresser. Parce que tu dois faire dix choses à la fois clickme te permet de créer des rappels en quelques secondes.
1)  Tu ajoutes du texte, tu parles ou tu prends une photo de la tâche à accomplir pour plus tard
2)  Tu cliques sur l’heure ou la date de rappel : 10 min, 1 heure, 2 jours
3) C’est tout, ça t’as pris 10 secondes, tu peux désormais reprendre tes dix trucs à faire plus sereinement car tu sais que dans une heure clickme te rappellera qu’il faut que tu rappelles tes parents pour leur donner de tes nouvelles.

En terme de gain de temps et de gestion de planning c’est un incontournable, disponible malheureusement uniquement sur le Google store.

 

LE TERME DE COMMUNICATION/MARKETING DIGITAL DE LA SEMAINE :

 La curation de contenu :

 

  La curation est une pratique qui consiste à sélectionner, trier et éventuellement commenter ou enrichir des contenus plus ou moins spécialisés présents sur Internet et à les présenter ou diffuser de manière organisée, une veille stratégique de contenu en d’autres termes.

  Dans son acceptation la plus simple, la curation peut être automatisée à l’aide d’outils et de plateformes spécialisées comme Scoop. It. Surtout, n’oubliez pas qu’agréger des recherches sur internet c’est bien mais il faut ensuite un certain travail intellectuel pour rendre les résultats vraiment pertinents. C’est un peu l’objectif de cet article qui, pour rappel, est un projet qui répond à un besoin personnel. Libre à vous de développer votre propre veille stratégique d’information.

Erwan Colson

Étudiant en double diplôme entre Sciences po Toulouse et Toulouse Business School . Rédacteur pour Toile de Fond sur des articles plutôt orientés marketing, communication, droit et politique. J'ai aussi mon propre blog ==> anecdotes-historiques.com

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *