Notre récapitulatif et analyse de l’E3 2018

E3-2018

   La 24ème édition de l’Electronic Entertainment Expo (E3), grand-messe annuelle du jeu vidéo, s’est tenue cette année du 12 au 14 juin au Los Angeles Convention Center. Une fois encore, tous les regards de l’industrie et des joueurs se sont tournés sur l’évènement, malgré une édition plutôt tranquille cette année. Nous résumerons ce qu’il fallait retenir des annonces faites durant cet E3. Avec environ un mois de recul sur l’événement, nous vous livrons également notre analyse.

   Des liens pour visionner les conférences dans leur intégralité sont disponibles à la fin de l’article. Les liens sur les jeux mentionnés renvoient vers leurs trailers d’annonce respectifs.

Retrouvez notre article sur les tendances du marché du jeu vidéo pour 2018 ici.

Retrouvez notre article sur l’E3 2017 ici.

 

Nintendo : le calme après la tempête ?

 

   Le Nintendo Spotlight du 12 juin 2018 a globalement essuyé de nombreuses critiques. En effet, sur les 42 minutes qu’a duré l’événement, 28 ont été consacrées au seul Super Smash Bros. Ultimate. Si celui-ci avait déjà été annoncé lors d’un Nintendo Direct en début d’année, le nom et les premières images ont été révélés lors de cet E3. Il s’agit sans aucun doute de la plus grosse sortie de Nintendo pour cette année. Néanmoins, d’aucuns ont jugé que la place accordée à ce nouveau Smash Bros. était excessive. D’autant plus que le début de l’année pour la Nintendo Switch a été relativement tranquille. Une des conséquences à cette déception liée à l’E3 est une chute de près de 9% de l’action Nintendo en bourse au cours des semaines qui ont suivi. Une nouvelle chute de près de 6% a suivi en ce début juillet.

   Toutefois, il convient de nuancer toutes ces réactions, plutôt sévères. En effet, beaucoup estiment que l’année 2018 est décevante pour la Nintendo Switch. De janvier à juillet, la nouvelle console de Nintendo n’a pas vu de nouvelles grosses exclusivités. De même, les plus gros jeux sortis ont essentiellement été des remakes de jeux existants. Un catalogue bien terne comparé à celui de 2017, en somme. Néanmoins, il faut rappeler deux choses. D’abord, ce n’est pas tant l’année 2018 qui est décevante, mais plutôt l’année 2017 qui a été exceptionnelle. Dans cette même année sont par exemple sortis un nouveau The Legend of Zelda et un nouveau Super Mario ! Enfin, l’année 2018 est loin d’être terminée. En réalité, la fin d’année de Nintendo est très chargée. La sortie de ce fameux Super Smash Bros., sera accompagnée d’un nouveau Mario Party (annoncé lors de l’E3) et, surtout, d’un nouveau Pokémon !

SSBU Switch

Le prochain épisode de la série culte Super Smash Bros. rassemblera tous les personnages vus dans les précédents épisodes. Si Nintendo a peut-être trop axé sa conférence sur ce seul jeu, des millions de consoles seront sans aucun doute vendues grâce à lui.

   Les plus exigeants diront que Nintendo a été avare en nouvelles annonces et n’a rien montré des gros jeux annoncés l’année dernière, Metroid Prime 4 en tête. Mais n’ayons pas la mémoire courte. En effet, Nintendo avait bien annoncé en amont que sa conférence serait focalisée en grande priorité sur Super Smash Bros. De fait, sa proéminence n’a rien de surprenant. De plus, nous savons déjà que la calendrier 2019 de la Nintendo Switch est très chargé. De nouveaux épisodes sont effectivement prévus pour les franchises majeures que sont Yoshi, et surtout Pokémon (celui prévu pour 2019 étant bien différent et bien plus complet que celui prévu pour cette fin d’année 2018). Enfin, Super Smash Bros. Ultimate ne doit pas faire oublier les annonces qui ont bel et bien été faites. Outre l’exclusivité DAEMON X MACHINA, qui reste effectivement un jeu de niche, la franchise Fire Emblem fera elle-aussi son retour en 2019. Or, cette dernière annonce était justement très attendue par les fans.

   Pour conclure sur la firme de Kyoto, il faut relativiser l’échec souvent décrit suite à cet E3, et prendre un peu de recul sur le calendrier réel de la Switch. Celui-ci reste en effet chargé en gros jeux, dont beaucoup d’exclusivités et de console sellers. Pour finir, Shuntaro Furukawa (le nouveau PDG de Nintendo) a récemment déclaré que de nouvelles annonces seront faites d’ici à la fin de l’année.

 

Microsoft : le retour du roi ?

 

   Après une conférence 2017 en demi-teinte, et une génération placée sous la domination écrasante de la PlayStation 4 sur la Xbox One, Microsoft se devait de redresser la barre. Force est de constater que l’exercice a plutôt été une réussite. En effet, peu de discours pour une conférence très rythmée. Ce sont ainsi pas moins de 50 jeux qui ont été présentés ! Parmi eux, 15 n’avaient encore jamais été annoncés. Les trailers de jeux se sont donc succédés à un rythme effréné, voire jamais vu à l’E3. Certains ont d’ailleurs concerné de grosses exclusivités à venir, telles que Forza Horizon 4 ou Gears of War 5, et bien sûr un nouveau Halo. D’autres jeux majeurs (mais non exclusifs) ont par ailleurs été présentés pour la première fois lors de la conférence Microsoft. On citera pêle-mêle Sekiro: Shadows Die Twice ; Devil May Cry 5 ; Just Cause 4 ou encore Dying Light 2. Toutefois, le plus mémorable est sans doute Cyberpunk 2077. Annoncée via un simple teaser en 2013 (!), la nouvelle franchise des créateurs de The Witcher représente sans doute l’une des plus grosses attentes des joueurs.

   Par ailleurs, Microsoft a profité de cette conférence pour mettre en avant son service Xbox Game Pass. En effet, ce service s’inscrit dans une stratégie à long terme pour Microsoft, comme nous l’expliquions dans cet article. De nombreux jeux, dont les exclusivités à venir, seront disponibles dès leur sortie dans le catalogue du Game Pass. Un atout de poids à l’heure où les principaux concurrents de Microsoft proposent des solutions similaires. Tandis que Sony n’a que peu mis l’accent sur son PlayStation Now, l’avantage semble être à Microsoft sur ce point. Enfin, Microsoft a tenu à rassurer quant à l’investissement de la firme dans le secteur du jeu vidéo. La firme sise à Redmond a ainsi annoncé le rachat de nombreux studios de développement. 5 annonces ont été faites en ce sens, avec notamment l’acquisition de Playground games (partenaire historique de Microsoft) ou Ninja Theory.

Rachat studios Microsoft

En marge des (très) nombreux jeux présentés, l’annonce majeure de la conférence Microsoft concerne le rachat de 5 studios. Une preuve que le jeu vidéo est encore une priorité pour la firme, et l’espoir de voir s’étoffer, enfin, le catalogue d’exclusivités Xbox.

   La conférence Microsoft de cette année était donc focalisée sur les trailers de jeux. Les discours des dirigeants (Phill Spencer, chef de la division Xbox en tête) ont été réduits au minimum. Nombreux sont les observateurs à avoir salué cette orientation : moins de bla-bla, plus de jeux. Néanmoins, cela révèle aussi que Microsoft n’a finalement rien de nouveau à nous dire. Si l’on exclut bien sûr les rachats de studios (qui sont une annonce stratégique importante, mais indirecte). Plutôt logique en cette fin de génération de consoles, mais pas forcément rassurant pour autant. En effet, après avoir présenté la Xbox One X l’année dernière, et alors que la PlayStation 4 continue à creuser l’écart avec sa concurrente, nous aurions peut-être aimé un peu plus de risques de la part de Microsoft. Par exemple, parmi les seules réelles exclusivités Xbox présentées cette année, on ne trouve aucune nouvelle franchise. Par ailleurs, une annonce était espérée du côté de la Réalité Virtuelle (VR). Or, il n’en a rien été. Pire, Microsoft a annoncé après l’évènement (et à l’encontre de ses promesses) abandonner tout projet de VR sur cette génération.

 

Sony : la force tranquille

 

   On ne peut pas dire que Sony aura marqué les esprits cette année. Aucune annonce majeure n’a effectivement été faite lors de cet E3. En revanche, de nombreux jeux annoncés auparavant ont été montrés bien plus en détails. Pour la première fois, Sony a montré du gameplay pour The Last of Us 2, qui sera probablement la dernière exclusivité massive de la PlayStation 4. D’autres mastodontes, tels que Death Stranding ou Ghost of Tsushima, étaient déjà connus du public mais attendaient d’être révélés plus en profondeur. Toujours aussi énigmatique, Death Stranding s’annonce comme un réel « jeu d’auteur » AAA, quand Ghost of Tsushima surfe sur la tendance du Japon féodal. Autre élément intéressant, toutes ces oeuvres sont des jeux majoritairement « solo ». Alors que l’on annonçait il y a peu la fin du jeu solo au profit d’un « tout multijoueur » (en ligne), celui-ci revient en force, avec des blockbusters de qualité.

Conférence Sony E3 2018

Peu d’annonces du côté de Sony cette année, qui se satisfait d’enfin montrer du gameplay pour des jeux annoncés auparavant. Le Japonais semble surtout soigner sa sortie en douceur, pour revenir encore plus fort lors de la prochaine génération de consoles.

   En revanche, toujours pas de date de sortie pour ces titres, qui constitueront probablement le chant du cygne de la PlayStation 4. Amazon les liste même pour 2020 (bien que cela n’ait rien d’officiel). En réalité, et au vu des performances techniques affichées par ces titres, ceux-ci pourraient sortir à cheval entre la génération actuelle et la suivante. En effet, difficile de croire que la démo de The Last of Us II présentée tourne sur PS4. Si les trailers sont souvent plus beaux que les jeux originaux, une sortie simultanée sur PS4 et une éventuelle « PS5 », n’aurait rien de surprenant. Sony soigne donc la fin de la PS4 en toute sérénité, la console approchant les 100 millions d’exemplaires vendus dans le monde. Aucune grosse nouveauté n’ayant été annoncée, on imagine que Sony garde des cartouches en réserve. Un arsenal qui pourrait s’avérer payant au moment de bombarder les premières annonces de jeux pour la prochaine console du japonais.

   Mentionnons enfin que le support du PSVR (le casque de Réalité Virtuelle dédié à la PlayStation 4) s’est fait plus timide cette année. Cependant, celui-ci n’était pas non plus absent, avec par exemple l’annonce du portage du très populaire Beat Saber. Sony continue donc de croire en cette technologie. Un réel avantage concurrentiel à l’heure où Microsoft annonce avoir abandonné tout projet lié à cette technologie pour la Xbox One.

 

Conférences des éditeurs-tiers à l’E3 2018

Précédent1 sur 5Suivant
Electronic Arts

   Pas de surprises majeures pour la conférence pour la conférence EA Play de cette année. Outre la traditionnelle annonce du nouveau FIFA, l’éditeur américain a donné plus de détails sur Battlefield V, nouvelle itération de sa franchise de jeu de tir multijoueur phare. Prenant place pendant la Seconde Guerre Mondiale, le jeu développé par DICE sortira le 16 octobre prochain. Là où Electronic Arts était attendu au tournant, c’est bien entendu concernant Anthem. La nouvelle franchise de BioWare avait été annoncée lors de l’E3 de l’an dernier, et suscite d’énormes attentes. Les premiers extraits de gameplay d’une vingtaine de minutes ont confirmé les premières rumeurs. Le jeu sera un « Destiny-like », venant ainsi concurrencer les jeux à gros succès de ses principaux rivaux : Destiny 2 chez Activision et The Division 2 chez Ubisoft. Finalement repoussé à début 2019, le jeu affiche un rendu hallucinant, et suscite toujours un enthousiasme énorme. La balle est donc dans le camp de BioWare, qui doit saisir la chance de redorer sa réputation après un Mass Effect: Andromeda très critiqué par les fans. Enfin, Electronic Arts a annoncé le lancement pour la fin de l’année du service EA Access Premier/Origin Access Premier. Ces systèmes d’abonnements (99€/an) à un catalogue de jeux, sont des versions augmentées des EA/Origin Access déjà existants. Ils incluront notamment les plus grosses franchises dès leur sortie.

EA Access Premier

Calquées sur ceux de Microsoft et de Sony (entre autres), ces offres d’abonnement vont dans le sens de la tendance de « Netflixisation » du jeu vidéo.

Du côté des annonces plus mineures, EA a dévoilé une suite pour Unravel, un de ses « EA Originals » (jeux indépendants sponsorisés par la firme) les plus séduisantes. Pour la première fois, une place relativement importante était également apportée aux jeux mobiles. Preuve de plus que les plus gros éditeurs de jeux vidéo traditionnels investissent toujours davantage ce terrain prometteur.

Précédent1 sur 5Suivant
Utilisez vos touches ← → pour naviguer


Étudiant à Toulouse Business School et UCD (University College Dublin) en e-business. Passionné depuis toujours par les nouvelles technologies au sens large, je me spécialise dans le domaine du jeu vidéo. linkedin.com/in/victordroin/

1 commentaire

  1. Digital Bath

    9 août 2018 at 10 h 16 min

    Ah Mario c’est mon préféré,depuis petit sur console ou nintendo <3

Votre réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partager sur Facebook